www.openeducationbf.com

Votre bibliothèque virtuelle 100% gratuite

Get Adobe Flash player

Qui est en ligne ?

Nous avons 36 invités en ligne

Compteur en ligne

Vous êtes le visiteur n°
mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterCette semaine3031
mod_vvisit_counterCe mois15661
mod_vvisit_counterTous1195115

Aujourd'hui: 20 Jui 2018

Rejoignez-nous sur

Comment réussir son entrée au Campus

Le Campus peut être compris comme une zone de concentration d'étudiants, une zone universitaire. Il regroupe en général les amphis (les salles de cours), les logements d'étudiants (cités universitaires), les restaurants etc. C'est "tout autre un monde" avec ses réalités. Dès les premiers moments, quand l'étudiant arrive (du moins le bachelier), il est presque déboussolé par l'ambiance et le peuplement. ça donne l'impression que vous n'y avez pas votre place. ça bouge en ces lieux. Une vitalité aux couleurs de la galère et de la pression des études. C'est là et dans ces conditions que vous allez vous former. Rien à faire, il faut se donner un état d'esprit pour s'accommoder.

ARRIVÉE AU CAMPUS

1) Quand vous arrivez, mettez vous à l'aise. C'est à dire faite des rencontres (amicales ou non), regardez un peu les possibilités du campus, informez vous sur certains sens d'études, ... Enfin bref, essayez de faire comme chez vous. Mais n'oubliez quand même pas d'aller au cours (eh oui, déjà!)
2) Après vous êtes mis à l’aise, prenez le temps de décider au sens de vos études.

PREMIER COURS

3) Voilà, vous avez enfin choisi ! Maintenant, il faudrait aller au premier cours. Allez-y, et regardez un peu vos objectifs à faire
4) Après le cours, faites DIRECTEMENT votre devoir, sans parler à quelqu'un, sans faire autre chose...
5) Après votre devoir, parlez et détendez vous un peu, car il y aura une grande phase d'études qui arrive dans 5 minutes!
6) La phase d'études. Après vous être amusé(e) avec vos amis, mettez vous à l'étude. Vous verrez un cercle cyan autour des compétences à connaître. A lieu de vous mettre directement à la pratique, lisez un livre à ce sujet. Il vous expliquera en détails.
7) Voilà, tous vos objectifs sont atteints pour aujourd'hui. Couchez vous, le plus tôt possible (vous pouvez bien sûr encore vous détendre un peu.)

DEUXIÈME JOURNÉE DE TRAVAIL

8) Levez vous, mangez quelque-chose et détendez vous un maximum. Comme vous avez tout fait le jour précédent, vous n'avez plus à vous soucier de votre travail.
9) Voilà le deuxième cours qui frappe à la porte. Allez-y.
10) Ouf ! Ce cours est fini! Maintenant, faites immédiatement votre devoir, et (comme vous avez fini vos compétences), détendez vous. Bien sûr, pour les bourreaux de travail, vous pouvez encore vous améliorer à toutes vos compétences, pour avoir un étudiant encore plus réussi.
11) Pour tous les autres cours, faites de même.

L'EXAMEN 1

12) Nous voilà au premier examen. Votre sim est très stressé! 3 heures avant l'examen, essayez de vous détendre, et un peu étudier encore.
13) Après l'examen, vous aurez un message qui vous dira si vous pouvez aller à l'année 2 ou pas. Si vous avez suivi(e) tous mes conseils, vous devrez passer. Recommencez tout sauf les conseils 1 & 2.

"Faites de bonnes révisions", "Ne faites pas d'impasse", "Préparez bien cette question"... Tout cela, les enseignants vous le répètent, mais concrètement, comment s'y prendre ? Certains n'arrivent pas à se mettre au travail et repoussent sans cesse le moment d'attaquer. D'autres sont paniqués à l'idée des tonnes de cours qu'il faut revoir et ne savent pas par quoi commencer. D'autres encore se lancent sans méthode dans des révisions marathon et voient leur stress augmenter de jour en jour. Pour ne pas tomber dans ces écueils, suivez nos conseils dans l'ordre.

1/ Préparer à l'avance vos supports de révisions

Avant de vous lancer dans les révisions elles-mêmes, quelque temps avant que vos cours ne s'arrêtent, commencez à préparer tous les supports qui vous seront nécessaires :
- Procurez-vous les cours qui pourraient vous manquer
- Complétez ce qui est incomplet, peu clair, mal noté : demandez à des amis leurs notes de cours, ou utilisez un manuel - Rassemblez avec chaque cours les exercices, TP ou TD, sujets d'annales correspondants..
- Faites des fiches ou rassemblez les mémentos, les résumés, les schémas de bonne qualité qui se rapportent à chaque cours et vous permettront de bien comprendre et d'apprendre vite. - Sélectionnez le ou les sites Internet qui peuvent vous permettre de combler vos trous, vos lacunes (si vos supports papier sont bons, vous n'en avez pas besoin).
- Faites un dossier complet par cours avec les notes, fiches, exercices, et ordonnez vos dossiers. Ce travail de rangement matériel va vous aider à ordonner les connaissances dans votre tête et vous mettre en paix. Si vous passez des examens en juin, faites cela durant les vacances de Pâques ou les longs week-ends de début mai. A cette date, il est encore temps par exemple de faire des fiches, d'aller acheter les annales qui vous manqueraient ou d'aller surfer sur des sites pédagogiques.

2/ Faites un planning de révisions

Les cours sont maintenant finis, vous avez de longues journéees devant vous pour réviser. Mais ne vous lancez pas dans l'étude sans avoir fait un programme :
- Comptez le nombre de jours dont vous disposez pour réviser sans compter la veille de l'examen - Faites la liste de tous les cours (ou sujets) à travailler, et cela dans toutes les matières
- Remplissez un tableau en répartissant les leçons à revoir dans vos journées en commençant par cours les plus anciens (étudiés au début de l'année) et en finissant pas les plus récents. Mettez aussi vos impasses (les cours mal ou jamais appris) au début des révisions. Suivez le déroulement du programme car on a souvent besoin des notions apprises au début pour comprendre les suivantes. Pour répartir les sujets à étudier chaque jour :
- Mettez les matières et sujets les plus difficiles le matin ou en fin d'après-midi
- Alternez les matières. Pour le bac par exemple, ne faites pas des maths pendant une journée entière, puis de l'histoire un autre jour, puis du droit... Mais chaque jour, intercalez un chapitre de maths, un d'histoire, un de droit... : vous perdrez moins de temps sur chaque matière et vous garderez plus facilement en mémoire les différentes matières.
- Si vous ne passez qu'une matière, intercalez le cours, les exercices, les lectures de texte, etc. - Passez plus de temps sur les disciplines à gros coefficient.
- Faites un planning précis heure par heure ou mieux, demi-heure par demi-heure, en fixant d'emblée l'heure à laquelle vous démarrez le matin et celle à laquelle vous arrêtez le soir (pas plus tard que 23 heures).

3/ Le travail pendant les journées de révisions

Il n'y a plus qu'à faire ce que vous avez prévu dans votre planning. Là encore, il faut s'organiser :
- Choisissez un lieu calme propice au travail et faites-y toutes vos révisions pour ne pas perdre de temps à déménager vos affaires d'un lieu à un autre. Si des amis proposent des révisions communes, assurez-vous qu'ils ont bien l'intention de travailler. Si vous partez ensemble dans un lieu nouveau (maison de campagne), veillez à avoir de bonnes conditions de confort (sommeil, alimentation, bureau à vous). Travaillez côte à côte, mais faites vos révisions chacun de votre côté et détendez-vous ensemble durant les repas.
- Mettez-vous au travail à heure fixe le matin, pas trop tard si possible (vers 8 h ou 9 h) et arrêtez le soir aussi à heure fixe (pas trop tard). Faites des nuits de sommeil de 7 heures au moins.
- Veillez à rester concentré : en vous mettant à votre bureau, éteignez votre portable pour ne pas être dérangé. Ne passez pas trop de temps sur un sujet car on ne peut se concentrer efficacement plus de 40 à 50 minutes. Toutes les 50 minutes, faites donc une petite pause de 5 minutes : aérez-vous, levez-vous, allez boire un verre d'eau, écoutez un peu de musique, et remettez-vous au boulot : votre concentration sera à nouveau bonne. Si vous rêvassez, changez de sujet pour ne pas perdre de temps.
- La veille, détendez-vous ! Ne cherchez pas à tout revoir en quelques heures : c'est impossible et cela ne servira qu'à vous angoisser. Détendez-vous, préparez vos affaires pour le lendemain et couchez-vous à heure raisonnable, ni trop tôt ni trop tard.

Réviser avec stratégie permet de gagner un temps précieux

Il suffit de trois semaines pour oublier le contenu d'un cours. Ou presque. Durant ce laps de temps, sans revoir ses notes, l'étudiant se souviendra tout au plus de 20% de la matière enseignée. Car la mémoire fonctionne comme une courbe. Au fil des jours, une partie des informations engrangées est oubliée. Mais pas de panique, il existe des stratégies simples pour éviter de se vider les méninges.

Mémoire en courbes

«Pour éviter le déclin de la courbe de mémoire, commencez par un tout petit rafraîchissement après le cours, explique le Dr Delphine Rinaldi, responsable du programme «Réussir ses études» à l'Université de Genève. Ensuite, je conseille de retravailler les notes en profondeur le soir même.» Ces actions permettent de «remonter» cette fameuse courbe de la mémoire... qui redescend à nouveau au fil des jours. Il est donc important de revoir la matière avant la semaine suivante, afin de garder en tête le fil conducteur du cours. Suivie régulièrement, la méthode permet d'éviter les phases de bourrage de crâne, absolument inutiles. Le secret d'une mémorisation intelligente - et de la réussite, commence donc par la stratégie. Et pas besoin d'avoir le QI d'Einstein pour prendre un peu de temps et élaborer un plan d'études. L'investissement est minime, le gain de temps pour la suite est énorme.

Motivation essentielle

Première étape, le cours. Concentré, l'étudiant qui s'investit dans la leçon commence déjà à travailler la matière. Alors exit jeux et chat sur l'ordinateur portable. Et les discussions existentielles attendront la pause-café. Bien suivre le cours, c'est par exemple poser une question au prof, ou s'en poser à soi-même si l'on n'ose pas. D'où l'importance d'avoir révisé les notes du cours précédent. «Lorsque que l'on ne sait pas trop de quoi le prof parle, on risque d'être un peu perdu», souligne Delphine Rinaldi. Mais si, pour une raison ou une autre, un étudiant doit manquer un enseignement? «C ela doit rester une exception, conseille la spécialiste. Si cela arrive, l'idéal c'est de se procurer le plus rapidement possible le cours d'un ami. Et de faire le travail sur les notes comme si l'on avait suivi le cours.» L'important étant de rester à jour d'une semaine à l'autre.

Etape suivante, faire le bilan de sa motivation. Presque une évidence: les matières qui nous passionnent posent peu de difficultés. «Quand un cours n'intéresse pas, on va à penser à autre chose et moins s'investir, éclaircit Delphine Rinaldi. Cette attitude là va vraiment avoir un impact sur la mémorisation.» Tout étudiant n'est pourtant pas voué à l'échec devant un cours obligatoire et ennuyeux à mourir. «Si c'est le prof qui démotive, il faut essayer de faire abstraction de sa personnalité pour se concentrer sur le contenu, suggère Delphine Rinaldi. Si c'est le contenu qui pose problème, essayer de trouver de l'intérêt ailleurs: dans la personnalité du prof ou développer ses connaissances pour mieux apprécier le sujet.»

Sans motivation, on entre dans un cercle vicieux. Les statistiques sont souvent présentées comme la bête noire des étudiants. Et lorsque l'on n'aime pas, on va moins faire. Du coup on maîtrise moins et on se sent perdu. Une solution? Commencer par la partie du cours la plus facile à comprendre pour se constituer un seuil de connaissances. Une base qui va permettre de beaucoup mieux comprendre un cours compliqué. Sinon, essayer de relativiser, de voir l'objectif final en se disant: «J'en ai vraiment besoin pour ce que je veux faire».

Limiter le temps de travail

Après avoir suivi le cours attentivement et trouvé un intérêt, même minime, à la matière, une grosse partie du travail est entamée. De là, pour gagner un maximum de temps, il est nécessaire d'identifier les tâches à faire pour réussir l'examen. Simple, non? Pourtant, très peu d'étudiants réussissent à déterminer ce qu'attend vraiment le prof. Et ingurgitent beaucoup de matière inutile... encore des heures perdues. Une fois les tâches clairement identifiées, prévoir 45 minutes par travail. «T rois quarts d'heure assurent une attention maximale», précise Delphine Rinaldi. Par exemple, on peut découper une lecture de trois heures en quatre tranches de 45 minutes. Ensuite, bien répartir dans la semaine les moments de travail. Pour la spécialiste, il faut prévoir les devoirs compliqués lorsque l'on est au top de sa forme. La recette pour garder la motivation? Alterner un travail ennuyeux avec une autre tâche plus sympa. «En travaillant de cette manière, on se rend compte que l'on a aussi du temps pour soi, dit Delphine Rinaldi. Le pire, c'est d'avoir toujours l'impression de travailler, d'être mal organisé et de paniquer ensuite.» En bref, il faut savoir délimiter le temps de travail, sans être toutefois trop strict avec soi-même.

Fitness cérébral

Au moment de travailler le cours, il est nécessaire d'être investi à 100%. Relire ses notes se fait de façon active, en se posant des questions et en mettant en évidence les points essentiels. Une séance de gymnastique de la matière grise s'effectue assis à un bureau plutôt que couché sous le duvet. Utiliser l'imagerie mentale aide à donner une forme concrète à une idée abstraite. Par exemple, s'il faut connaître des dates, imaginer que chaque siècle correspond
à l'étage d'une maison, et chaque année à un numéro de porte. Si l'image s'associe d'une émotion ou d'une référence personnelle, l'effet de mémorisation sera d'autant plus surprenant.

«Adopter une stratégie»

3 questions à Delphine Rinaldi, Docteur en Sciences de l'éducation

L'âge influence-t-il sur la capacité d'apprentissage?
C'est une question qui revient souvent, surtout chez les étudiants qui reprennent les études. Mais il n'y a pas de raisons qu'ils aient une moins bonne mémoire que leurs collègues plus jeunes. A moins d'un accident ou d'une maladie, il faut atteindre un âge très avancé pour voir ses compétences diminuer. La capacité de la mémoire est plus ou moins équivalente chez tout le monde. En revanche, son utilisation diffère. Par exemple, si l'on a passé beaucoup de temps dans la vie active, on a simplement perdu l'habitude d'utiliser sa mémoire. Il faut reprendre confiance et adopter une stratégie. Et ça vient assez vite.

Mais tout le monde ne possède pas les mêmes capacités cognitives...
Il y a quand même des différences entre les étudiants. Certains m'épatent par leurs capacités. Mais, plutôt que d'avoir des aptitudes exceptionnelles, ils utilisent en réalité des stratégies, presque à leur insu. L'intérêt et la motivation jouent aussi un grand rôle. Quand on est enthousiasmé par une matière, on aura tendance à lui prêter plus d'attention lorsqu'elle est abordée dans les médias ou durant les cours.

Quelles erreurs répètent le plu s souvent les étudiants?
Se contenter de recopier le cours, ça ne sert pas à grand chose. Passer des heures à étudier sans stratégie et sans concentration, c'est également inutile. Si on lit un livre en se couchant sur son lit sans crayon ni prise de notes, c'est une perte de temps. Mieux vaut être actif une demi-heure, se mettre à une table, bien assis, avec une lumière correcte, prendre des notes... que travailler une heure en pensant à son week-end.

Sommeil et nutrition

Et si le simple fait de dormir aidait à apprendre ses leçons? Un rêve pour les étudiants... Les chercheurs en psychologie de l'Université de Californie ont pourtant obtenu des résultats étonnants. Les scientifiques ont étudié deux groupes de vingt personnes. Les premiers ne se reposaient pas, les autres dormaient pendant 90 minutes après le repas. En fin de journée, les deux groupes devaient effectuer des tests cognitifs identiques. Les personnes qui ne s'étaient pas reposées voyaient leurs performances diminuer. Celles qui avaient fait un petit somme avaient un meilleur taux de réussite... qu'avant la sieste. Selon les chercheurs, l'expérience prouve que le sommeil permet de vider la mémoire à court terme et améliore la capacité du cerveau d'intégrer de nouvelles informations. Une autre étude, menée à l'Université de New York, montre que le cerveau continue de travailler lorsque la personne fait une pause, même sans dormir.

Régime méninges

D'autres recherches se sont intéressées aux effets de l'alimentation sur la mémoire. Le poisson, les noix et les épinards contenant des oméga-3 et des acides gras aideraient à garder l'esprit vif. Faut-il pour autant passer à un régime «spécial mémoire»? «Je pense que le lien entre poisson et mémoire n'est pas direct, commente Delphine Rinaldi. Mais il est une excellente source de nutriment et il est toujours conseillé d'avoir une bonne alimentation.» C'est à dire troquer son paquet de chips contre une belle salade de fruits. Et surtout, un apport de sucres lents dans la journée est essentiel pour éviter les baisses de régime.

Astuces pour réussir ses études universitaires

Motivation, travail et organisation semblent les trois mots clés que les nouveaux étudiants inscrits à l'université doivent retenir en priorité. Pour vous aider à assurer tout au long de vos études, voici plus précisément quelques conseils commandements à lire, méditer et surtout appliquer.

Ne vous engagez pas à la légère

On ne se lance pas dans des études à la légère, parce qu’on ne sait pas quoi faire ou parce qu’on est attiré par l’image élitiste que l'université procure.
Résistez aux premiers cours

En première année des études, l’ambiance est radicalement différente de celle du secondaire, où vous étiez bien encadré, où vos professeurs ne devaient pas se partager entre plusieurs centaines d’étudiants. Attendez-vous à des amphis bondés, parfois mouvementés en début d’année. Dans tous les cas, essayez de faire abstraction de ce désordre (en général, le calme revient dès le premier mois). Et dépêchez-vous de vous mettre au travail. A l'univeristé , si on ne se met pas en route dès la rentrée, on est rapidement débordé.

Restez motivé

Il faut garder cette motivation tout au long de l’année. Ne vous laissez pas abattre par vos premières notes. Rien n’est perdu (ou gagné) tant que les résultats finaux, en juin, ne sont pas tombés.

Assistez à tous les cours
Assister aux cours magistraux n’est pas une obligation… en théorie. Dans les faits, c’est primordial pour comprendre ce que dit le professeur. De plus, cela permet de capter des infor­mations a priori anodines qui feront toute la différence le jour du concours. Et n’achetez en aucun cas les notes d’un redoublant ou d’un étudiant de deuxième année. Elles peuvent être truffées d’erreurs ou d’informations obsolètes, surtout lors d’une année de réforme.

Prenez vos cours en notes
Recopier le plus fidèlement possible le cours pour faire des synthèses. Tout détail compte à l'examen.

Éviter d’enregistrer le professeur, vous perdriez du temps à retranscrire ses propos. Si le rythme est trop rapide pour vous, mieux vaut travailler en binôme avec une personne de confiance. L’un peut prendre en notes le cours, pendant que l’autre s’occupe des schémas.

Travaillez régulièrement
Ne laissez pas tous ces cours s’accumuler sur un coin de votre bureau. Relisez et complétez les notes de la journée dans la soirée. Et, le week-end, reprenez point par point le ­travail de la semaine. Surtout, ne prenez pas de retard dans les révisions.

Entraînez-vous

Seul ou à plusieurs, ­organi­sez des sessions d’entraînement aux examens. Récupérez les annales des années précé­dentes (disponibles à la bibliothèque ou auprès des associations étudiantes) : elles vous permettront de comprendre l’esprit des épreuves, de mieux cibler les attentes des enseignants, d’identifier les pièges et de vous entraîner à répondre rapidement. De plus, certaines questions peuvent revenir deux ou trois ans plus tard…

Faites-vous aider
Si vous avez besoin d’être enca­dré, recourez au tutorat organisé par les facs. Autre possi­bi­lité : faire une prépa privée

Ménagez-vous

L’épanouissement personnel contribue tout autant à la réussite. Aussi, faites des pauses lors de vos séances de révisions. De même, respectez autant qu’il est possible votre rythme natu­rel : si vous êtes complètement inefficace après 21 heu­res, n’insistez pas. Gardez plutôt des forces pour le lendemain. Pour finir, essayez de conserver une plage de loisirs hebdomadaire d’une ou deux heures afin de vous détendre.

Pour vos révisions intensives, rien ne sert de passer 8 heures sur un même sujet, ni de passer des nuits blanches, le sommeil étant un facteur très important dans le processus d’apprentissage. Levez-vous tôt car c’est le matin qu’on est le plus efficace, le mieux concentré. Prévoyez de travailler par tranches de 2 heures au-delà desquelles votre concentration tendra à s’amenuiser.

Planning de révision

Recensez par matière ce que vous avez à réviser. Établissez un planning en répartissant tout ce qui doit être fait. Ainsi vous êtes sûr de ne rien oublier, de gagner du temps sur l’organisation chaque matin (vous n’avez plus à vous demander au jour le jour quel chapitre étudier), et d’être dans les temps (avoir tout revu au moins une fois). Vous pourrez également, tout au long de vos révisions, mesurer le travail accompli. Quel encouragement !

Et puis donnez-vous de petits objectifs-récompenses. Exemple : « après ce chapitre d’histoire, je regarde un épisode de ma série préférée » ou « je me prépare un petit goûter », etc. Ceci doit vous permettre d’avancer dans votre travail, surtout pas de vous amener à le bâcler pour accéder plus vite à votre « carotte » !
Vous ménager des petites pauses agréables vous permettra de mieux vous remettre au travail.

Slide 1 Slide 2 Slide 3 Slide 4 Slide 4 Slide 4 Slide 4 Slide 4 Slide 4

Copyright © 2011. Openeducationbf.

All Rights Reserved.